Recherche en cours
Veuillez patienter
Thèse

BOLFEK-RADOVANI, Jasmina
Space, place and spatial loss in North African and Canadian writing in French
 
Lieu : Londres, Westminster University,
Directeur de thèse : Debra Kelly,
Année : 2013
Type : Thèse - Ph. D
Première inscription pour les thèses : Inscr. 2005
Langue : anglais

Notations :

RÉSUMÉ en français (en anglais plus bas)

Les affirmations concernant l’espace, nous dit la géographe féministe Doreen Massey, sont tellement partie intégrante du discours intellectuel quotidien que, souvent, nous ne sommes pas conscients de leur existence et de leur importance ; pourtant, elles influencent profondément la manière dont notre société est organisée. Cependant ces affirmations ne sont pas inhérentes à nos propres pensées; elles nous viennent de constructions sociales ou, autrement dit, elles sont production et héritage d’un certain nombre de discours hégémoniques eurocentristes portant sur l’espace et menant à ce qu'Edward Soja et Henri Lefebvre appellent «la mystification» de l’espace et de la spatialité. Le but principal de cette recherche est d’étudier comment le traitement littéraire de l’espace et du lieu participe aux formations de la représentation de l’espace, du lieu et de la perte spatiale dans l’œuvre de dix auteurs francophones postcoloniaux du Maghreb et du Canada à partir d’une perspective comparative culturelle et générationnelle. Dans cette étude nous nous demandons si ces auteurs participent à la «démystification» (dans le sens que Edward Soja donne à ce concept) ou au dévoilement de la relation cachée entre l’espace et le pouvoir contenue dans le discours eurocentriste sur l’espace en créant un contre-discours et des stratégies qui défient la construction dominante concernant l’espace, ou si les écrits de ces auteurs renforcent, en fait, ces discours sur l’espace malgré leur prétendue «postcolonialité».

L’étude présentée ici évalue de manière critique les concepts et les théories concernant l’espace et le lieu dans la géographie humaine et les applique à l’étude des représentations littéraires de l’espace, du lieu et de la perte spatiale dans les textes francophones postcoloniaux choisis du point de vue de trois principaux thèmes littéraires (l’imagination, la mémoire et la frontière) en se demandant si ces trois thèmes littéraires ont un pouvoir de «démystification de l’espace». Cette recherche utilise un certain nombre de perspectives théoriques en même temps qu’elle interroge une méthode de lecture rapprochée (analyse sémiotique) dans l’analyse des textes choisis et des espaces littéraires perçus comme s’y rapportant. Cette analyse se voudrait plus systématique que les travaux qui ont été faits jusqu’à présent. Elle se propose d’examiner comment une lecture sémiotique du texte postcolonial francophone (occidental et non-occidental) s’allie à une lecture externe socio-politique concernant l’espace et la spatialité de Massey et Soja, tout en montrant quelles sont les limites et les avantages du recours à ces théories combinées.

Cette étude conclut que le discours postcolonial sur l’espace et le lieu compris dans les textes choisis, s’exprime à travers des valeurs et des stratégies d’ambiguïté et d’ambivalence et non à travers la subversion comme cela a été suggéré auparavant. Nous montrons ici que les thèmes de l’imagination, de la mémoire et de la frontière jouent un rôle significatif dans les manières dont l’espace et le lieu sont perçus, conceptualisés et vécus dans ces textes; le thème de la frontière permet de défier le plus fortement les assertions hégémonistes concernant l’espace. Ce travail démontre aussi que l’analyse sémiotique peut être un outil efficace pour dévoiler les valeurs et les systèmes d’évaluation incarnés dans le discours eurocentriste sur l’espace quand il (cet outil) est utilisé en association avec d’autres approches théoriques. Le débat sur la question de «la démystification de la spatialité» dans le contexte littéraire, soulève finalement la question plus large du statut et de la relation entre la littéralité (ou le poétique) et l’engagement politique (ou la politique) dans les textes écrits dans un contexte francophone postcolonial.



Auteurs et textes traités

Chapitre 1: Les espaces littéraires et la littérature en tant qu'espace - les espaces litéraires postcoloniaux francophones comme espaces de résistance?

Chapitre 2, Géographies imaginaires: l'espace et l'imagination I:

Jacques Ferron, L'Amélanchier

Mohammed Dib, Les Terrasses d'Orsol

Chapitre 3, Géographies de la mémoire: l'espace et la mémoire:

Assia Djebar, L'Amour, la fantasia

Jacques Poulin, Volkswagen blues

Robert Lalonde, Dix Lacs plus au Nord

Chapitre 4, Géographies de la frontière: l'espace et la frontière:

Abdelkébir Khatibi, La Mémoire tatouée

Hédi Bouraoui, Retour à Thyna

Nicole Brossard, French Kiss: étreinte et exploration

Chapitre 5, Géographies imaginaires: l'espace et l'imagination II:

Roxanne Bouchard, Whisky et paraboles

Nina Bouraoui, Mes mauvaises pensées









Assumptions about space, argues the feminist geographer Doreen Massey, are such an integral part of intellectual and everyday discourse that we are often not conscious of their existence and significance, and yet, they have profound consequences for how society is organised. However, these assumptions are not inherent to our thinking; they are socially constructed, produced and inherited through a number of hegemonic and Eurocentric discourses on space, leading to what Edward Soja and Henri Lefebvre refer to as the “mystification” of space and spatiality. The main aim of this research is to investigate how the literary treatment of space and place shapes the representations of space, place and spatial loss in the writing of ten postcolonial Francophone authors from the Maghreb and Canada from a cross-cultural and cross-generational perspective. It asks whether these authors participate in the “demystification” (in the sense this concept is used by Edward Soja) or the unveiling of the hidden relationship between space and power contained in the Eurocentric discourse on space by creating counter-discourses and strategies that challenge dominant constructions about space, or whether they in fact reinforce this (these) discourse(s) on space despite their presumed postcoloniality.






The research presented critically evaluates the concepts and theories of space and place in human geography and applies these to the study of space, place and spatial loss in the postcolonial Francophone texts selected from the viewpoint of three main literary themes (imagination, memory and the border) and the potential that these three themes offer for a “demystification of space”. It combines a range of theoretical perspectives and, simultaneously, tests a method of close reading (semiotic analysis) in the analysis of the texts selected and the literary spaces they are seen to belong to in a more systematic way than previously attempted. It sets out to examine how a semiotic reading of the (Western and non-Western) postcolonial Francophone text engages with Massey’s and Soja’s socio-political understandings and theories on space and spatiality, and what limitations and advantages can be observed through the use of these theories in combination.






The research concludes that the postcolonial discourse on space and place in the texts selected is expressed through the values and strategies of ambiguity and ambivalence, not subversion as has been previously suggested. It shows that the themes of imagination, memory and the border play a significant role for the ways in which space and place are conceptualised in those texts, with the theme of the border offering the highest potential for challenging hegemonic assumptions about space. It shows that semiotics can become an effective tool in the unveiling of the values and value systems embedded in the Eurocentric discourse on space, when used in combination with other theoretical approaches. By debating the issue of the “demystification of spatiality” in the literary context, it ultimately raises the larger question of the status and relationship of literariness (or poetics) and political engagement (or politics) of the texts produced within the postcolonial Francophone context